EN - FR
MENU

Le plus stimulant,
c’est de tester les nouvelles fonctionnalités
du jeu

Sarah Petri

Spécialiste en assurance qualité

Bonjour Sarah,​

L’industrie du jeu, pourquoi? Raconte-nous ton parcours pour atterrir ici.

Je ne me destinais pas du tout à travailler dans ce domaine à l’origine. Les jeux vidéo ont toujours occupé une grande place dans ma vie mais je n’avais jamais envisagé d’en faire mon métier. Tout a commencé à la fin de mon master en Littérature, en 2010. J’étais dans une période de doute et je remettais en question mon désir d’enseigner, c’est là que j’ai découvert complètement par hasard qu’un nouveau cursus en Game Design ouvrait dans mon Université. J’ai passé le test d’entrée et j’ai été retenue !

À la fin de ce programme j’ai entrepris un stage de 6 mois chez Antek Studio, une petite boite située dans le sud de la France, dans la région de Montpellier. J’ai travaillé à la conception de plusieurs jeux online.

J’ai ensuite repris ma formation pour un an en Master « Fiction Numérique ». A la fin de l’année, je me suis lancée avec 5 de mes amis dans la création d’un petit studio qui s’appelait Oc6Gen. On a tenté de mettre sur pied un projet d’Urban gaming. Le concept était de faire découvrir la ville de Montpellier à travers un jeu de chasse aux trésors mêlant réalité augmentée et géolocalisation. Un pattern transposable dans n’importe quelle ville. C’était un super projet mais le financement n’a malheureusement pas été suffisant pour que l’aventure se poursuive.

Quelques mois plus tard, sous l’impulsion de mon copain, j’ai décidé de venir tenter ma chance à Montréal. Une fois mon permis de travail en poche, j’ai travaillé en tant que testeuse pendant un an puis on m’a proposé le poste de spécialiste QA chez Panache Jeux Numériques. Voilà en résumé mon court parcours dans l’industrie.

Quel est ton rôle actuellement chez Panache ?

Actuellement mon rôle premier est d’accompagner l’équipe de création du jeu et m’assurer que le jeu évolue dans la direction voulue par l’équipe de Game Design. Par exemple, je m’assure que les systèmes de jeu sont bien implémentés et qu’ils répondent aux attentes. En parallèle je m’implique aussi un peu dans le Game Design en apportant mon aide sur quelques systèmes du jeu. Très cool !

Qu’est-ce que tu trouves le plus difficile et le plus facile dans ton métier?

Le plus grand challenge c’est surement d’être constamment synchronisé avec l’équipe de création pour s’assurer que les fonctionnalités respectent l’intention du design initial, cela dit la communication est grandement facilitée dans un environnement de 22 personnes (maintenant 31). Le plus stimulant c’est de tester les nouvelles fonctionnalités implémentées et de voir ce qu’elles apportent à l’expérience joueur :)

h4. Quels seraient tes recommandations pour quelqu’un qui débute dans l’industrie?

Je leur dirais tout simplement de ne laisser personne leur dire ce dont ils sont capables. Ça vaut aussi pour eux-mêmes, on est parfois notre premier frein dans la vie.

Quels sont tes jeux favoris de tous les temps?

Baldur’s Gate II: Shadows of Amn
Fallout 2
Planescape Torment
FF IX
Mass Effect
Portal 2

Qu’est ce qui t’attire dans les jeux?

Comme la majorité des artisans de l’industrie, je suis attirée par le travail des développeurs indépendants. Ces dernières années, on a eu droit à de véritables perles : The Stanley Parable, Ori and the Blind Forest, Hotline Miami, Undertale… Les grosses boites n’osent plus et ont tendance à renouveler des recettes qui ont déjà fait leur preuve. Pour ce qui est de mon style de jeu préféré, ce sont clairement les RPGs.

Outre le jeu, artistiquement qu’est ce qui te branche?

La littérature bien entendu, comme en témoigne mon parcours. J’affectionne particulièrement les œuvres d’Hugo, Rostand et Camus. Sinon j’adore le cinéma et les séries, j’en regarde énormément, trop à vrai dire… Strangers Things et Mr Robot ont particulièrement retenu mon attention. Je fais également un peu de peinture à la maison pour me détendre.

Et dans le domaine du sport?

Je dois dire que je préfère le pratiquer que le regarder. J’aime bien changer d’activité régulièrement : escalade, karaté, gymnastique, volleyball, athlétisme… j’ai touché un peu à tout.

Ta réflexion sur le jeu?

Pour moi, c’est un art qui capture et créé des ponts entre les disciplines. Ça en fait un outil magnifique pour faire passer des messages forts et j’espère qu’on continuera de s’en servir pour ça.



Et pour terminer:

Ton plat préféré ?

Les calamars à la provençale !

Tes endroits préférés à Montréal ?

Le Nexus bar, Le café des chats et Sushi Crystal.

Ton fond d’écran ?

Une image du comic book de Mad Max Fury Road de George Miller

Ton moment favori de la semaine au bureau ?

Sans hésiter, les réunions de Game Design

Ton équipe de hockey ?

biiiiip…(NDLR : silence radio), Je ne suis pas vraiment fan :)

Qui a eu le plus d’influence sur toi professionnellement ?

Ce ne sont pas des personnes en particulier mais je dirais que les différents Game Jam auxquels j’ai participé ont été particulièrement formateurs.

Le meilleur conseil qu’on t’a donné ?

Rester soi-même (mon père).

Merci Sarah!